Blog Messages recents

Mangeoires à oiseaux, fonctionnement, modèles et usages
Mangeoires à oiseaux, fonctionnement, modèles et usages
Vous souhaitez attirer diverses variétés d’oiseaux dans votre jardin et ainsi profiter de leurs cha...
 (9)
Que faire au jardin en Septembre ?
Que faire au jardin en Septembre ?
Malgré les beaux jours qui continuent, l’été s’achève, et doucement le jardin va entrer dans sa pér...
 (7)
Que faire en aout dans son jardin BIO ?
Que faire en aout dans son jardin BIO ?
Bien que ce soit un moment rattaché aux grandes vacances pour pas mal de Français, les jardinier.e....
 (5)
Pourquoi installer des bains d’oiseaux et des abreuvoirs dans mon jardin ?
Pourquoi installer des bains d’oiseaux et des abreuvoirs dans mon jardin ?
Que ce soit l’hiver ou l’été, les oiseaux ont besoin d’eau comme ressource vitale pour plusieurs r...
 (4)
Que faire en Juillet au jardin BIO ?
Que faire en Juillet au jardin BIO ?
Gourmandes et gourmands préparez-vous, vos assiettes vont se remplir de mille saveurs. Le mois de ...
 (6)

Voir tous les messages

Rechercher du Blog

Jardin bio : comment choisir son arrosage automatique ?

Jardin bio : comment choisir son arrosage automatique ?

 (3)

  Fiches jardin

Arrosage”, rien qu’à entendre ce mot, de nombreux jardiniers frémissent. Indispensable, l'apport d’eau pour la végétation est un vrai casse-tête. Les besoins varient selon les plantes, les climats, mais aussi selon les surfaces à entretenir et les philosophies de jardinage (conventionnelles, permaculture, biologique, etc.).

Pour un espace respectueux de l’environnement, il faut commencer par organiser l’arrosage afin qu’il soit le plus efficace possible.

L’objectif de tout jardinier est d’accorder l’eau nécessaire aux plantes pour leur permettre une bonne croissance, tout en économisant la précieuse ressource.

Pour un potager ou un petit espace (jusqu’à 100 m 2), l’arrosoir est une méthode qui fait ses preuves, mais aujourd’hui, l’arrosage automatique propose des solutions de plus en plus adaptées et économiques pour faciliter la vie de jardin et entretenir leurs espaces verts !

Abordons dans cet article, les mystères de l’arrosage automatique.

Pourquoi utiliser un arrosage automatique dans son jardin biologique ?

À quoi sert un arrosage automatique ?

Un arrosage automatique est un ensemble de systèmes qui permet de fournir de l’eau aux végétaux, sans faire intervenir directement le jardinier dans le processus d’arrosage.

Les premiers arrosages automatisés sont apparus dans les années 1960. Électromécaniques, ils ont été créés afin d’éviter les actions trop manuellement répétitives qui avaient tendance à fatiguer les jardiniers.

Souvent par aspersion, ce type d’arrosage automatisé a connu de nombreuses avancées technologiques ces dernières décennies, devenant progressivement plus accessible et plus précis.

Aujourd’hui, plusieurs méthodes d'arrosage automatique existent, de la microaspersion en passant par des systèmes de goutte à goutte ou le déclenchement par Bluetooth par l’association d’objets connectés.

Simplifions l’idée qu’il existe 2 catégories d’arrosage automatique :

  • L’arrosage automatique en surface ;
  • L’arrosage automatique enterré.

En tant que système d’irrigation mécanisé, l’arrosage automatique peut être programmé au préalable. L’heure du déclenchement ainsi que la durée de l’arrosage peuvent se régler par les jardiniers, qui peuvent ainsi profiter de leur précieux temps pour d’autres activités moins contraignantes.

Il est relativement important de cibler les besoins en termes d’arrosage afin de bien adapter le type d’arrosage à utiliser !

Généralement, l’arrosage automatique va permettre d’économiser un gros volume d'eau (jusqu’à 50 % d’économie), mais surtout d'optimiser l'arrosage. En se programmant, l’arrosage peut se mettre en route aux meilleurs moments pour la végétation (très tôt le matin par exemple).

Comment fonctionne l’arrosage automatique ?

Un système d’arrosage automatique fonctionne sur un principe relativement simple. Une vanne programmable va permettre la diffusion mesurée de l’eau dans un ou des tuyaux connectés à des gicleurs ou des buses qui distribuent l’eau là où le jardinier les a orientées.

Grâce au programmateur, l’arrosage peut se faire n’importe quand, qu’il soit en surface ou enterré. Le jardinier décide du jour et de l’heure souhaités, ainsi que la durée de l'arrosage qui peut même se faire à basse pression dans certains cas !

Les tuyaux équipés d'arroseurs sont directement branchés à une source d’eau (robinet ou récupérateur d’eau), et le programmateur va gérer la diffusion de l’eau. Ces méthodes sont particulièrement pratiques pour certaines plantes dont celles qui peuvent nécessiter plusieurs arrosages par jour. C’est aussi un très bon moyen de gérer l’arrosage en absence physique du jardinier (vacances, week-end, etc.).

Certains nouveaux systèmes connectés peuvent “distribuer” l’eau en étant directement associés à des mesures de l'ensoleillement, de la température et de la pluviométrie sans intervention des jardiniers.

Dans les modèles les plus aboutis et perfectionnés, cela peut aller jusqu’à une irrigation qui prend en compte le calcul de l’évapotranspiration dans les paramètres. Les informations étant transmises directement par des stations météorologiques locales.

Quels arrosages automatiques choisir ?

Avant de décrire chaque type d’arroseurs automatiques, rappelons les 2 grandes catégories :

  • L’arrosage automatique en surface. Avec un réseau apparent, il est modulable et peut se déplacer relativement simplement. Abordable, il est facile de l’installer soi-même et reste surtout très pratique pour les petites surfaces. Parfait pour les jardins bio.
  • L'arrosage enterré avec des tuyaux souterrains. Ces derniers sont plus professionnels et ont une finition esthétique plus aboutie, car très peu visible. Ils sont davantage utilisés pour les grandes surfaces, mais sont plus compliqués à installer et demandent un investissement plus important.

Quels sont les différents types d'arrosage automatique pour son jardin bio ?

Qu’ils soient en surfaces ou enterrées, il existe de nombreux modes d’arrosages automatiques dont voici les principaux :

L’arrosage par aspersion

L’arrosage par aspersion est un classique. Il reproduit l’arrosage de pluie à l’aide de différentes formes et de puissances de jets. Il permet un arrosage uniforme et couvre la surface de jardin de manière relativement homogène.

L’arrosage par aspersion peut lui-même se diviser en plusieurs systèmes :

  •  oscillants ;
  •  circulaires ;
  •  canons ;
  •  semi-circulaires ;
  •  sur trépieds ;
  •  sur traineau ;
  •  sur pic.

Il est très utilisé pour l’arrosage des pelouses ou l’arrosage des massifs d’arbustes. L’arrosage par aspersion est parfois également appelé “sprinklers”.

Soulignons que sa force fait aussi sa faiblesse. Il arrose de manière continue (telle la pluie) et mouille donc le feuillage. Certaines plantes peuvent alors développer plus facilement des maladies (cryptogamiques, parasitaires) et l’arrosage offre aussi aux herbes folles un terrain parfait pour venir faire concurrence à vos plantes protégées.

L’arrosage par micro-aspersion

L’arrosage par micro-aspersion est plus ciblé que son prédécesseur. C’est un système qui se divise en réseaux secondaires, directement branchés sur l’alimentation de l’eau. Les micro-asperseurs sont des petites buses qui font une pluie fine réglable.

Le débit de l’aspersion ainsi que le rayon de distribution de l’eau peuvent se modifier et l'arrosage fonctionne même avec une faible pression. Cette méthode est particulièrement intéressante pour cibler des zones ou des plantes à arroser. C’est également un système économique en eau.

L’inconvénient peut, comme pour le système par aspersion, se trouver dans l’arrosage du feuillage des plantes.

Efficace, facile à installer, il peut aussi se mettre en place hors sol. Ce type d’arrosage permet généralement d’arroser entre 1 et 3 mètres de rayon. Il couvre une surface plus grande en termes d’arrosage que le goutte-à-goutte sans abîmer les plantes et les fleurs avec la puissance de jet.

L’arrosage au goutte-à-goutte

L’arrosage au goutte-à-goutte connaît un franc succès, car il est très économe en eau et offre un arrosage très précis qui vise directement les pieds et les racines des plantes.

Il se compose généralement d’un réseau en polyéthylène principal dérouler sur le sol. Sur ce réseau principal viennent se raccorder de plus petits tuyaux qui sont reliés à des goutteurs.

Les goutteurs sont orientés directement au pied des végétaux à arroser et se règlent pour répondre exactement aux besoins de la plante.

Ce système d’arrosage fonctionne en basse pression et reste adaptable.

Ses principaux inconvénients sont : le temps de réglage des goutteurs et mesurer leur nombre pour les plantes.

Ce type d’arrosage est adapté à de petites surfaces. Il est très économe en eau et évite les pertes et la prolifération des herbes folles.

L’arrosage microporeux

L’arrosage microporeux consiste à dessiner directement un réseau d’irrigation avec un tuyau souple qui a pour caractéristique de laisser une fine diffusion d’eau à travers sa paroi poreuse.

Très économe en eau, cette technique permet un arrosage ciblé le long du serpentage du tuyau. L’avantage est qu’il est très facile à mettre en place et à utiliser, mais la pression de l’eau et le débit peuvent avoir une incidence sur l’arrosage.

Système économique et écologique qui évite également l’expansion des herbes folles.

L’arrosage intégré (ou enterré)

L’arrosage enterré est relativement complexe à installer et demande souvent l’intervention de professionnels, car il faut enfouir les canalisations directement dans l’espace de jardinage. Une fois en place, il est le plus esthétique et le plus discret des systèmes d’arrosage. Il permet d’irriguer de grandes surfaces et il est particulièrement résistant.

Il est cependant difficile de modifier le réseau une fois enfoui. En fonction du parcours et du nombre d’asperseurs, il faut aussi lui associer des pompes pour améliorer la pression dans la distribution d’eau. Plus coûteux et plus complexes, ils sont très utilisés par les professionnels ou les paysagistes ou les jardiniers qui ont de grandes surfaces (de pelouse par exemple).

Conseils et astuces concernant l’arrosage automatique

Choisir un arrosage automatique adapté à mes espaces verts

Pour votre jardin, la première chose importante à faire avant de vous lancer dans l’installation d’un arrosage automatique, c’est de trouver le système adapté à vos besoins :

  • 50 m² à 100 m² de pelouse ? Un système à aspersion peut suffire ;
  • Une immense surface de pelouse ? Il est possible d’envisager un système enterré ;
  • Des haies, un potager ou des cultures en ligne ? Des systèmes par micro-aspersion ou par arrosage microporeux peuvent très bien convenir.
  • Des plantes exigeantes aux feuillages sensibles ? Un arrosage goutte à goutte semble plus adapté.
  • Des massifs ou des plates-bandes ? Presque tous les systèmes semblent convenir. Cela dépendra de la surface et des différentes variétés de plantes à arroser.
  • Balcon ou terrasse ? Plutôt goutte à goutte avec plusieurs asperseurs réglés aux besoins des plantes par pots.

Alternatives à l’arrosage automatique

Dans le cas où les méthodes d'arrosage automatiques ne sont pas possibles ou difficiles, des alternatives peuvent contribuer à faciliter l’activité d’arrosage des jardiniers.

Il existe par exemple des carottes d’irrigation qui passent par l’installation de cônes poreux associés à des bouteilles d’eau. Cette méthode permet de prolonger la diffusion de l’arrosage sur plusieurs jours directement au pied de la plante ciblée.

D’autres techniques plus ancestrales existent. Les Ollas sont des outils parfaitement adaptés à l’arrosage des plantes, même pour faire face à l’absence éphémère des jardiniers. Les Ollas peuvent s’utiliser avec les plantes d’intérieurs comme d’extérieur.

Ce sont des jarres en terre qui sont cuites de telle sorte à ce que les parois microporeuses laissent s’échapper l’eau pour nourrir les racines des plantes. Elles peuvent être à planter ou à enterrer.

Ces outils d’irrigation sont pratiques, mais ne sont pas automatisés.

Hivernage et entretien des systèmes d’arrosages automatiques

L’arrosage automatique est surtout utile lors des périodes chaudes de l’été et au début de l'automne quand les eaux de pluie ne suffisent plus à assurer l'entretien et la bonne croissance de vos plantes.

Une fois la saison des récoltes estivales terminée, les systèmes d’arrosage automatiques (en surface) doivent être démontés et nettoyés afin d’éviter d’être endommagés par le froid.

Pour entretenir votre système d’arrosage automatique :

  • Stopper la diffusion d’eau directement à l’alimentation et vidanger le circuit grâce aux vannes de purges afin d’évacuer l’eau présente dans les tuyaux.
  • Détacher les asperseurs ou les goutteurs un à un et les faire tremper dans un mélange détartrant (naturel) d’eau tiède et de vinaigre blanc afin de bien les nettoyer.
  • Enlever le programmateur et le nettoyer à l'eau claire et dissocier la batterie ou les piles.
  • Enrouler les tuyaux sans les plier et stocker tout le matériel dans un abri jusqu’à sa prochaine utilisation

L’arrosage automatique s’est diffusé dans de nombreux jardins en France, car il offre aux jardiniers de véritables moments de répit durant les périodes chaudes.

Qu’il soit enterré ou en surface, il permet de faire des économies d’eau, et donc de faire dégonfler les factures pour les jardiniers qui sont branchés sur des robinets (rappelons qu’il est préférable d’arroser son jardin avec l’eau de pluie quand cela est possible).

En plus d’être économiques, les systèmes d’arrosage automatiques vont permettre de mieux répondre aux besoins des plantes et éviter toute perte inutile de temps et d’eau.

C’est généralement un investissement heureux pour les jardiniers, qui vont pouvoir utiliser leur arrosoir simplement pour le plaisir.

Bon jardinage à tous,

 (3)