Blog Messages recents

Que faire en juin dans son jardin bio  ?
Que faire en juin dans son jardin bio ?
Le mois de juin est là et déjà prêt à nous dévoiler tous ses secrets et sa nature luxuriante ! Les ...
 (1)
Oyas ou ollas, quelles sont les vertus de l’irrigation par jarre ?
Oyas ou ollas, quelles sont les vertus de l’irrigation par jarre ?
L’irrigation par jarre  est une technique d’irrigation vieille de plus de 2000 ans. Autrement appe...
 (5)
Que faire en mai dans son jardin bio  ?
Que faire en mai dans son jardin bio ?
En mai, la nature ouvre ses portes et les jardiniers sont prêts à faire chauffer leurs gants de jar...
 (4)
Que faire en avril dans son jardin bio ?
Que faire en avril dans son jardin bio ?
Avril accompagne le retour du printemps, de quoi donner aux jardiniers les premiers sourires et l...
 (3)
Que faire en mars dans son jardin bio ?
Que faire en mars dans son jardin bio ?
Bienvenue en mars ! Si le climat est aussi hésitant, c’est que le printemps semble vouloir voler la...
 (4)

Voir tous les messages

Rechercher du Blog

Oyas ou ollas, quelles sont les vertus de l’irrigation par jarre ?

Oyas ou ollas, quelles sont les vertus de l’irrigation par jarre ?

 (5)

  Fiches jardin

L’irrigation par jarre est une technique d’irrigation vieille de plus de 2000 ans. Autrement appelées oyas ou ollasce sont des vases en céramique ou en argile poreuse qui offrent un arrosage souterrain directement aux racines des végétaux.

Déjà connues en Chine et sous l’Empire romain, ces jarres en terre cuite microporeuses sont de véritables atouts pour faciliter l’arrosage des jardins. Économes et écologiques, elles répondent aux besoins des plantes sans gaspillage d'eau, tout en diffusant un arrosage doux et progressif aux végétaux.

Différentes tailles d’ollas existent afin de s'adapter aux exigences de n'importe quels types de plantes, qu’elles soient d’intérieur ou d’extérieur. Les plantes vont absorber l’eau dont elles ont besoin pour s’épanouir directement par leurs racines avec un arrosage 3 fois moins fréquent et sans stress pour les végétaux.

Cet article vous accompagne pour répondre aux questions suivantes :

  • Qu’est-ce qu’une oya ?
  • À quoi ça sert ?
  • Pourquoi utiliser des ollas ?
  • Comment fonctionnent les oyas ?
  • Quels sont les avantages d’une irrigation par jarre ?
  • Une utilisation des oyas en permaculture ?
  • Comment installer des oyas dans mon jardin ?
  • Quelle taille d’oyas choisir ?
  • Comment entretenir mes oyas ?

Bonne lecture…

Qu’est-ce qu’une oya ?

Une oya ou olla signifie “pot” en espagnol. C’est un diffuseur d’eau qui se matérialise généralement sous la forme d’une jarre en céramique ou en terre microporeuse. Les oyas sont cuites à faibles températures (en dessous de 1000 °C) afin de garantir une certaine porosité qui est adaptée aux besoins des végétaux.

Les ollas sont généralement fabriquées à la main par des artisans potiers. Elles vont servir à arroser tous types de plantes en diffusant peu à peu l’eau nécessaire directement à son système racinaire.

Il suffit d’enterrer la jarre près des plantes à irriguer, puis de la remplir d’une eau douce (la moins calcaire possible). Progressivement, les parois microporeuses des pots de terre vont laisser l’eau se diffuser et fournir l’eau directement aux racines des plantes qui vont continuer leur développement.

Cette technique d’irrigation souterraine est très efficace et très économique en temps (diminue la fréquence des arrosages), en besoin d’eau (pas de perte ni d’évaporation), elle favorise également le rendement des végétaux concernés.

À quoi sert une olla ?

L’olla fonctionne comme un diffuseur. Une fois enterrée dans le sol, elle va laisser s’échapper l’eau grâce à la porosité de ses parois. L’eau se propage à travers l’argile au fur et à mesure que les plantes assèchent le sol à proximité.

Seule la quantité nécessaire aux plantes est distribuée au niveau des racines. Cette technique d’arrosage agit comme un microarrosage très précis et très diffus. La présence d’une oya fait évoluer le taux d’humidité dans le sol (entre 20 et 60 cm de rayon autour des jarres) afin de répondre aux besoins des végétaux à proximité.

Le choix de l’argile et le mode de cuisson lors de la confection des jarres déterminent la porosité de la poterie. C’est pour cette raison qu’il est important de certifier la qualité des oyas et de préférer des pots spécifiquement conçus pour l’arrosage !

Pourquoi utiliser des ollas ?

Depuis les années 2000, beaucoup d’études sont faites sur l’irrigation par jarre, et il s’avère que la méthode est très efficace, car elle s’adapte aux différents climats (même difficiles) tout en respectant les besoins des plantes.

Très économes en eau, les ollas favorisent un arrosage constant et évitent le stress hydrique que subissent les plantes lors des arrosages par aspersion ou par inondation. Cette constance permet de maintenir le substrat du sol humide. Il va rester meuble et particulièrement adapté pour le développement de la microflore, ce qui va également améliorer le développement des plantes.

Sans arrosage en surface, les herbes folles (adventices) prospèrent plus difficilement, car la partie supérieure n’est plus irriguée. Seules les racines profondes proches des oyas sont alimentées.

Très utiles dans les zones à forte sécheresse, les oyas connaissent beaucoup de succès dans les petits bacs à fleurs, dans les jardins de villes ou pour des plantes intérieures.

Une fois implantée, l’oya permet un arrosage durable sur plusieurs jours ou plusieurs semaines (en fonction de la taille et de l’emplacement).

Particulièrement pratique pour l’arrosage des plantes pendant les week-ends et les vacances, ou même, plus simplement pour les personnes qui oublient régulièrement d’arroser leurs plantes !

Comment fonctionnent les oyas ?

Le pot d’argile est enterré jusqu’à son col. Une fois dans le sol, l’oya va s’adapter aux conditions de son milieu. Plus le sol est sec, plus l’écoulement de l’eau vers les racines des plantes sera important et plus le sol est humide ou saturé en eau, et plus l’écoulement par porosité est réduit.

Les (nombreux) avantages de l’irrigation par jarre ?

  • Permet d’arroser les plantes même en cas d’absence des jardiniers et maintient l’humidité dans le sol même en pleine canicule ;
  • Économe en eau, elle offre jusqu’à 70 % d’économie d’eau par rapport à un arrosage par arrosoir ;
  • La vitesse d’écoulement s’adapte aux besoins progressifs des plantes et convient à tous les types de plantes : ornement, légumes, arbres, etc. ;
  • Arrosage très doux qui ne mouille pas les feuilles (et réduit par la même occasion les risques de développement de certaines maladies liées à l’humidité) ;
  • Très peu de perte d’eau par évaporation, car l’irrigation se fait par le système racinaire des plantes et les oyas sont généralement munies d’un couvercle ;
  • Limite le choc thermique et le stress hydrique des plantes lors de l’arrosage ;
  • Facilite la maîtrise de la consommation d’eau lors de l’arrosage ;
  • Diminue le développement et la germination des herbes folles et des adventices ainsi que le temps passé à désherber. Par effet de conséquence, les oyas extérieures réduisent aussi la présence de certains ravageurs comme les gastéropodes qui recherchent l’humidité pour se déplacer ;
  • Pas de ruissellement de l’eau lors de l’arrosage.

Utiliser des oyas en permaculture ?

Bill Mollison (un des pères fondateurs de la permaculture) à lui-même considéré l’irrigation par jarres comme étant “le meilleur système d’irrigation au monde”.

Durable et parfaitement respectueux de leurs environnements, il semblerait que les ollas soient idéales pour des espaces où le sol n’a pas besoin d’être retourné ou travaillé en profondeur (ex. des espaces en permaculture).

La baisse naturelle et significative du développement des adventices autour des zones irriguées par les oyas réduit les concurrences entre les végétaux endogènes et freine également l’apparition de certains insectes nuisibles ou ravageurs qui s’épanouissent parfois dans l’humidité provoquée par l’arrosage par aspersion.

Les oyas sont également idéales pour les petites exploitations et les zones particulièrement arides où l'eau est difficile à acheminer.

L’irrigation par jarre permet une diffusion régulière qui répond de manières parcimonieuses aux exigences des plantes en leur fournissant simplement l’eau dont elles ont besoin, et ce, quel que soit le climat.

Les jardiniers en permacultures apprécient particulièrement les avantages naturels liés aux ollas. Il est également possible de verser certains apports biologiques directement dans l’eau pour faciliter la diffusion jusqu’aux racines, attention toutefois de ne pas boucher la porosité des parois.

Comment installer des oyas dans mon jardin ?

Pour installer une jarre d’irrigation :

  • Préparer le sol pour avoir un sol bien aéré à l’endroit où sera placée l’oya ;
  • Travailler la terre pour avoir un espace équivalent à environ 3 fois la largeur de la jarre et 2 fois sa hauteur ;
  • Disposer la jarre au centre du trou et de la terre ameublie ;
  • L'enterrer jusqu’au col ;
  • Remplir la jarre et arroser légèrement autour d’elle ;
  • Une fois remplie, l’oya peut mettre jusqu’à 7 jours pour trouver sa zone d’humidité maximale.

En fonction de la taille de la jarre, des conditions et des plantes à cultiver, les jarres peuvent être espacés entre 50 cm et 1,5 m. Cet espacement peut même s’étendre jusqu’à 4 m pour la plantation de plantes rampantes.

Quelques conseils d’utilisation :

  • Ne pas remplir les oyas durant l’hiver afin d’éviter qu’elles ne gèlent et se cassent ;
  • Il est possible de pailler les oyas pour les protéger, mais également pour offrir une zone d’humidité ;
  • Ne pas utiliser d’eau sale (avec des résidus) pour remplir les jarres afin d’éviter de boucher les pores de l’argile ;
  • Nettoyer de préférence les oyas tous les ans ;
  • Faire attention à l’utilisation d’outils de jardin autour des zones à oyas. Préférer des binettes et sarclettes pour éviter des chocs directs (poteries fragiles) ;
  • Bien choisir l’emplacement des oyas car elles sont relativement compliquées à transférer une fois en terre (surtout pour les oyas à enterrer).

Quelle taille d’olla est idéale pour mes plantes ?

Il est possible de retrouver 3 gammes pour les oyas :

  • Les oyas à planter. Idéales pour les pots de fleurs, les jardinières et les plantes d’intérieur ou celles en terrasse. Elles ont des petits volumes (entre 0,3 litre et 1,5 litre). Le diffuseur se plante directement dans la terre à côté des végétaux à arroser. Contrairement aux autres oyas, elles sont très faciles à changer de place ;
  • Les petits modèles à enterrer. Discrètes et relativement faciles à ensevelir du fait de leur petite contenance (volumes allant de 0,3 litre à environ 1,5 litre), les petits modèles d’oyas à enterrer sont simples à intégrer dans tous types de contenants.
  • Les grands modèles à enterrer. Idéales pour la pleine terre, les grands bacs, les arbres ou les potagers, les ollas avec de gros litrages (généralement entre 5 et 12 litres) vont offrir une irrigation plus longue et plus régulière. C’est également une méthode très adaptée au lancement de jeunes arbres.

En fonction de la taille des ollas et de leur positionnement, il est généralement conseillé d’espacer de 50 cm les ollas dans des sols plutôt sableux et 1 mètre dans des sols plus argileux. Les rayons des zones d’humidité autour des jarres varient de 20 à 60 cm.

Comment entretenir ses ollas ?

Microporeuses, les parois des ollas peuvent s’obstruer avec le temps et la présence de résidus ou de calcaire dans l’eau utilisée pour l’arrosage. Il est conseillé de les entretenir annuellement.

Il suffit pour cela de nettoyer délicatement les parois avec de l’eau ou de l’acide hydrochlorique ou avec un peu de vinaigre blanc si le calcaire est trop présent. Pour les plus équipés, il est également possible de faire cuire à nouveau les ollas pour les nettoyer.

Il est important de déterrer annuellement les ollas pour leur entretien, mais également pour éviter tout contact avec le gel qui pourrait les faire éclater. Si vous décidez de laisser les oyas dehors en hiver, vous pouvez limiter les risques en les paillant afin de freiner la prise du froid.

Éthiques et écologiques, économes et durables, les ollas sont souvent plébiscitées par les ONG, car elles permettent une irrigation mesurée et douce, même dans les zones où la sécheresse est très présente.

Les ollas permettent une économie de 50 à 70 % de volume d’eau par rapport à un arrosage par arrosoir et diminuent les efforts physiques et les contraintes liées à l’arrosage.

Avec peu d’entretien, elles offrent une certaine flexibilité aux jardiniers et malgré leur fragilité, la justesse et la qualité de l’arrosage qui se fait directement au niveau des racines est un véritable confort pour les types de plantes.

Renseignez-vous et laissez-vous tenter par cette pratique ancestrale qui (a) fait ses preuves sur tous les continents depuis des millénaires.

Bon jardinage à tous.



 (5)