Maladies et ravageurs en juin

  • 0

Selon le dicton, « Beau temps en juin, abondance de grain ». Le printemps est bien installé et vos premières fleurs et plantes ont déjà bien commencé leur croissance et c’est justement le moment de surveiller que tout se passe pour le mieux. Les premiers rayons du soleil commencent à réchauffer le sol et nombreux sont les parasites et maladies qui vont vouloir être de la partie en s’invitant dans le jardin, le potager ou le verger. Le mois de juin est la période durant laquelle il faut être particulièrement attentif aux premiers signes de maladies susceptibles d’attaquer vos plants. Nous vous conseillons d’anticiper le traitement de vos plantes dès la manifestation d’une maladie afin que cette dernière ne se propage pas et n’envahisse pas vos plants sains. Dans votre potager, pensez à privilégier la rotation des cultures pour éviter la propagation des maladies ainsi que l’épuisement des éléments nutritifs du sol. La prévention et le traitement seront indispensables si vous souhaitez garder des plants en bonne santé, il est donc important de reconnaître les maladies susceptibles de les attaquer.

Les maladies fongiques

Une maladie fongique est par définition une maladie causée par un champignon. Parmi les principales qui attaquent les jardins en juin, vous retrouverez:

La fonte des semis

Si vous avez semé vos premiers rangs de salades mais que rien ne sort, vous êtes probablement victime de la fonte des semis. Causée par divers champignons, les semis précoces sont souvent les premières victimes de cette maladie fongique (ou cryptogamique pour les pros). Conséquence, les plantules dessèchent puis meurent et peu de grainent germent.
Ses victimes préférées sont les crucifères, courges, tomates, laitues, carottes, choux, oignons et haricots de votre potager mais aussi les bégonias, pavot et pétunias de votre jardin. Un environnement humide et froid sera favorable à son développement. Il n'existe à ce jour pas de moyen de lutter contre elle lorsqu’elle est installée mais certaines mesures préventives permettent d'éviter ce phénomène. Il est d'abord nécessaire de ne pas trop arroser, éclaircissez les semis, désinfectez le matériel de culture (caissettes, pots etc.) et faites une culture d’engrais avant de faire une plantation. Retrouverez notre gamme d'engrais BIO

Le botrytis

Classée dans la catégorie des maladies fongiques lui aussi, le botrytis ou plus communément appelé pourriture grise est connu pour être la maladie des vignes mais il aime aussi s’en prendre aux oignons, fraisiers, groseillers (et tous les petits fruits) ainsi qu’aux laitues. Ce champignon se remarque par un duvet de moisissure grise qui va recouvrir les plantes infectées. Le botrytis se retrouve surtout dans les serres qui présenteront chaleur et humidité, une mauvaise aération sera un facteur de développement.
Pour l’éviter en préventif,  ne serrez pas trop les plantes entre-elles, évitez l’utilisation du compost qui conserve l’humidité, préférez un arrosage matinal en ne mouillant pas trop le feuillage et retirez rapidement les plantes infectées.

Le mildiou

Si vous constatez des tâches jaunes ou blanchâtres sur le dessus et dessous des feuilles de vos pieds de tomates, de pommes de terre, de poivrons ou d’oignons, vous avez affaire au mildiou. Cette maladie est un champignon qui va rapidement faire devenir vos plants de légumes noirâtres et les faire pourrir.
Pour épargner vos plants de cette maladie, une bonne rotation des cultures est la première mesure préventive à respecter. Arrosez de préférence le matin en évitant de mouiller les feuilles. Si vous remarquez une infection, retirez les cultures infectées et traitez avec notre fongicide à base de bicarbonate de soude.

L’Oïdium ou blanc

Parasite très répandu, l’oïdium s’attaquera à vos courges ou autres légumes. Vous pourrez le reconnaître à la couche farineuse de couleur gris clair qui recouvrira vos plantes.  Ce champignon microscopique préfèrera s’installer dans un jardin qui présentera un sol sec, des feuilles humides et des plantes mal espacées qui provoqueront une insuffisance de circulation de l’air.
Ici encore, pour écarter tout risque d’y être confronté, ne serrez pas trop vos plantes et ne mouillez pas directement les feuilles. Pour le traitement, utilisez un fongique biologique ou vaporisez vos plants de lait demi-écrémé (comptez un verre pour un litre d’eau, surtout pas de lait entier).

La rouille

En s’apparentant à des tâches de rouille, le champignon nommé « Urédinée » est responsable de cette maladie qui se remarque par un gonflement orangé sur les tiges et feuilles des plants de haricots et de groseillers principalement. Ces tâches deviendront ensuite brunes, puis noires et feront tomber les feuilles que nous vous conseillons alors de ramasser et de brûler ou de mettre en déchetterie afin d’éviter la contamination qui pourrait se répandre sur votre pelouse en la faisant jaunir. Ne les déposez surtout pas dans votre compost.

Les parasites

La saison printanière est la préférée des parasites et petites bêbêtes qui s’installent sur vos fleurs, arbres et potagers. Et bien souvent, leur présence dans le jardin peut devenir cauchemardesque. C’est la raison pour laquelle il faut savoir les distinguer. Parmi les principaux, vous pourrez être confronté aux suivants : 

Les pucerons

De la famille des hémiptères, ces petites bêtes aiment se concentrer autour des pousses de rosiers et arbres fruitiers. Les pucerons aiment aussi particulièrement les fraises et les framboisiers. En pullulant sur les tiges de la plante, ils pompent sa sève et stoppent le développement de cette dernière qui deviendra collante. Pour les éviter, invitez des coccinelles qui en feront volontiers leur repas ou pulvérisez un produit végétal à base d’ortie en préventif pour faire fuir ces nuisibles. Vous pouvez utiliser du savon noir en préventif et des coccinelles en curatif, attention aux fourmis ange gardien des pucerons.

Les aleurodes

De la même super-famille que les pucerons, les aleurodes sont aussi connus sous le nom de mouches blanches. Ces insectes aiment les légumes sous abris et les attaquent en se nourrissant de la sève des plantes qu’ils parasitent. Vous pouvez les repérer aux petits nuages blancs qu’ils forment en se déplaçant. Afin de prévenir leur apparition, pensez à bien aérer vos serres et vérandas et n’hésitez pas à planter à proximité des capucines, des œillets d’Inde, du basilic ou de l’arnica qui les feront fuir à coup sûr. Si l’attaque est trop invasive, vous pouvez pulvériser le dessous des feuilles d’une solution savonneuse à base de savon noir et d’huile végétale qui aura pour effet d’atteindre les œufs et les larves. Vous trouverez les produits nécessaires ici : https://www.monvertjardin.fr/recherche?controller=search&orderby=position&orderway=desc&search_query=aleurodes&submit_search=

Les altises ou puces de terre

De la famille des chrysomélidés, les altises sont de petits coléoptères qui s’attaquent aux choux, radis, navets et pommes de terre. Capables de sauter grâce à leurs pattes supérieures, on les appelle également puces de jardin ou puces de terre. Leurs dégâts sont assez caractéristiques puisque les feuilles de vos légumes seront perforées de petits trous ronds. A moins que vous n’ayez des crapauds à proximité qui adorent s’en régaler, nous vous conseillons de planter du trèfle blanc qui repousse les altises ou d’installer un voile anti-insectes au-dessus de vos cultures potagères sensibles.

Les charançons

Faisant partie de la famille des Curculionoidaes, les charançons sont des insectes redoutables et ravageurs de végétaux qui se nourrissent de pollen et nectar de fleurs, de bourgeons ou feuilles d’arbres et d’intérieur de grains. Ils apprécient également les poireaux, les pommes de terre ainsi que les carottes. L’attaque du charançon se caractérise par la perforation des feuilles qu’il commence par les bords. Leurs larves creusent des galeries qui rendent les plantes inconsommables. Afin de lutter contre ces indésirables en préventif, plantez à côté de vos plants susceptibles d’être attaqués des iris qui dégagent une odeur de soufre qui les feront fuir.

Les doryphores

Coléoptère de la famille des chrysomélidés, le doryphore est un insecte oligophage qui aime particulièrement les plantes potagères telles que pommes de terre, tomates, aubergine etc.
La manière préventive pour éviter une invasion est d’utiliser les nématodes qui se nourriront de leur larve.

Les escargots et limaces  

Ces gastéropodes très voraces adorent grignoter les choux, les fraises, les salades, les pommes de terre et on reconnaît leur passage au feuillage découpé et percé. Ils peuvent ainsi créer des dégâts importants. Afin de vous permettre d’éloigner ces nuisibles de vos plantes, plusieurs moyens naturels s’offrent à vous : plantez en barrière assez large autour de vos cultures à protéger du persil, du cerfeuil, du trèfle ou de la capucine. Les limaces détestent ces plantes et ne s’y aventureront donc pas; évitez tant que possible d’avoir à proximité de vos plantations les tas de compost ou abris possibles d’escargots et de limaces. Vous pouvez également installer un taillis d’aiguilles de pins. Si ces méthodes préventives ne suffisent pas, vous trouverez pleins d'autres produits pour luter contre les dégats causés par les escargots.

Les punaises

De plus en plus présentes dans les jardins à cause du réchauffement climatique, les punaises se régalent de jus de tomate mais elles attaquent aussi les choux, navets,radis, brocolis, pommes de terre et courges. Outre le fait qu'elles dévorent tout sur leur passage, les tâches concentriques jaunes sur les feuilles et jeunes pousses sont significatives de leur présence dans votre jardin. Pour lutter contre les punaises, il n'existe aucun traitement, même chimique homologué. Le seul moyen de s'en prévaloir se mise une fois de plus sur du préventif avec un répulsif naturel à base de savon noir.

Bien évidemment il existe moult maladie ou symptômes que nous avons pas évoqués, mais ces premiers éléments vous mettent à l'abri de la plus grosse majorité d'entre elles, alors bonne pioche !

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire